LA MARCHE DU 20 SEPTEMBRE 2012

 

LE  DESAVEU LE PLUS COMPLET POUR ALPHA CONDE

 

La journée d’hier 21 septembre 2012 a été particulièrement violente dans certains quartiers de Conakry. Il est difficile à l’heure actuelle de dresser un bilan exact des décès et des blessés.

 Exaspérés par la brillante et massive mobilisation pacifique de la population de Conakry la veille, des éléments du RPG-arc-en-ciel s’attaquèrent aux concessions de familles peules à Mafanco,à la SIG Madina dans la commune de Matam et également à la Tannerie à Matoto.  Ces incidents ne sont pas fortuits et correspondent exactement à la méthode et à la stratégie  employées entre les deux tours des élections présidentielles de 2010. Encadrées et discrètement épaulées  par des éléments des forces de l’ordre, des nervis agressent, pillent des citoyens ethniquement ciblés. Ce fut le cas à Siguiri et à Kouroussa au mois d’octobre 2010 où près de 30 milles peuls furent chassés de cette partie de la Haute-Guinée.

 Ayant perdu son sang-froid, la gouvernance d’Alpha Condé réédite les mêmes provocations meurtrières avec le risque d’une déflagration généralisée. Pour elle, la mobilisation monstre du 20 septembre loin d’être seulement une manifestation pour réclamer la transparence dans l’organisation du processus électoral pour les législatives est un désaveu complet de son pouvoir. Par conséquent il faut étouffer dans l’œuf cette contestation qui surgit du fait de « l’autorisation de manifester » que son gouvernement à « accorder».  C’est ainsi que les forces de l’ordre sont entrées dans les quartiers de Bambeto et de Bomboly pour semer la mort et la désolation. Comme à Zogota, il faut terroriser la population pour l’amener à être docile. En même temps, effrayé par la nature massive et sans caractéristique ethnique particulière ,M. Alpha CONDE ressuscite le spectre de la haine ethnique pour diviser les citoyens guinéens.

 L’utilisation de la violence et l’instrumentalisation des groupes ethniques sont congénitalement liées aux méthodes d’Alpha CONDE. Son acceptation de la recomposition paritaire de la C ENI, et sa volonté de maintenir vaille que vaille WayMark en s’adossant sur l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) sont des opérations de communication pour séduire une Communauté Internationale septique à son égard. La journée du 21 septembre 2012 à Conakry, illustre ce que fera Alpha CONDE sur une vaste échelle lorsque la situation évoluera défavorablement pour son pouvoir. L’OIF doit en tirer les enseignements pour éviter d’être associée à une dérive sanguinaire.

Il est illusoire de penser que la gouvernance actuelle pourra organiser des élections crédibles en République de Guinée. Les viols répétés de la Constitution, le recours systématique à la violence et à l’intimidation pour régler des contradictions nationales  internes,  et le mépris affiché à l’égard de tous les citoyens guinéens constituent des attitudes permanentes. C’est ce que la foule nombreuse et ethniquement bigarrée a compris le 20 septembre 2012 pour braver la pluie  et profiter d’un instant de liberté octroyée pour signifier à Alpha CONDE : « le désaveu le plus complet !!».

 Le combat pour la démocratie et la liberté est en marche en Guinée !

 

Le 22 septembre 2012

 

No Comments

Leave a Comment

Please be polite. We appreciate that.
Your email address will not be published and required fields are marked



neuf × = 36