BAH OURY : » Je ne serai pas membre du gouvernement Youla »

BahOuryDakar-622x300

Une semaine après la grâce présidentielle que lui a accordé le président Alpha Condé ainsi que 170 autres détenus, Bah Oury vice-président du principal parti de l’opposition guinéenne, l’UFDG, se confie à Guineenews. Dans cet entretien, Bah Oury revient notamment sur les grâces présidentielles et de sa probable participation au gouvernement Youla.  
Guineenews : Après les grâces présidentielles dont 171 personnes ont bénéficié, y compris vous-même, M. Alpha CONDE promet de ne plus accorder de grâce jusqu’à la fin de son mandat. Votre réaction ?  
BAH Oury : D’abord je me réjouis que 171 personnes aient bénéficié de la grâce présidentielle, la veille de noël. Cet acte politique est important pour la Guinée entière car s’inscrivant dans une dynamique de décrispation politique et d’apaisement national. Ensuite, il ne faut pas perdre de vue que le droit de grâce est une prérogative constitutionnelle du Président de la République qui peut l’exercer de manière discrétionnaire sans avoir l’obligation de justifier sa décision. Donc sa déclaration au siège du RPG est en conformité avec la loi. Toutefois il faut réécouter ce qu’il a effectivement proclamé pour ne pas en avoir une interprétation tendancieuse. En ce qui me concerne, j’ai compris qu’il ne fera plus de grâce pour de nouveaux délits au risque d’être accusé d’encourager l’impunité et que le « passé appartient au passé ».
Guineenews : Est-ce que vous ne vous sentez pas trahi puisque selon nos informations, il était convenu que tous les détenus liés à l’affaire du 19 juillet 2011 seraient libérés notamment AOB et Fatou Badiar ?
BAH Oury : Au cours des entretiens que j’ai eus avec le Président, j’ai eu la ferme conviction qu’il souhaite profondément aller dans le sens de l’apaisement et de la décrispation politique dans le pays. Je souscris totalement à cette approche qui sert l’intérêt national. Un pas important est franchi le 24 décembre dernier. Il est vrai que toutes les personnes concernées par l’affaire du 19 juillet 2011 ne sont pas encore élargies, c’est pour cela que je continuerai toujours de militer en faveur d’eux tous sans aucune exception et sans aucune préférence. Je garde l’espoir que cette triste affaire sera bientôt un vilain souvenir pour tout le monde. Cet espoir est nourri également par la décision présidentielle de créer un ministère de la réconciliation nationale. Cela veut dire que le passif politique sera soldé dans les meilleurs délais pour enclencher effectivement le processus de réconciliation nationale dont la Guinée a besoin. Il nous appartient de le soutenir et de l’entretenir pour notre intérêt collectif.
Guineenews : Il se raconte à Conakry que vous avez plutôt négocié pour Baba Alimou, Thierno Sadou qui sont reconnus comme vos proches et   de vous-même et que vous avez oublié les autres condamnés dans la même affaire que vous. Qu’en dites-vous ? 
BAH Oury : Laissons les mauvaises langues cracher leur venin. Certains auraient souhaité qu’aucune grâce ne soit accordée à qui que ce soit pour leur permettre d’assouvir leur sombre dessein. Il ne faut pas accorder grand d’intérêt à ces combats d’arrière- garde.
Guineenews : Des informations circulent sur certains sites internet indiquant que le Président Alpha CONDE, vous aurez raccroché au nez au téléphone… 
BAH Oury : C’est faux. Décidément le dégel du climat entre Alpha CONDE et BAH Oury ne fait pas que des heureux. Il en était de même lorsque Nelson Mandela et Frederik de Klerk s’étaient donnés la main pour en finir avec l’apartheid en Afrique du Sud.
Guineenews : Parlant de l’UFDG, Ousmane Gaoual le député disait que « l’UFDG de BAH Oury est morte il y a longtemps » . Qu’en dites-vous ?   
BAH Oury : Je ne trouve aucun intérêt à commenter ce que je considère sans importance.
Guineenews : Dans un communiqué de l’UFDG publié récemment dans la presse, il est indiqué que vous avez reçu 200.000 euros des mains d’Alpha Condé pour déstabiliser l’UFDG. Quelle est votre réaction ?
BAH Oury : Ceux qui agissent ainsi portent atteinte à l’image de l’UFDG. Les militants de l’UFDG les sanctionneront très sévèrement le moment venu car cette énième forfaiture est signée. Voyant leur fin prochaine ils ont perdu toute raison et deviennent carrément méchants.  Par ailleurs le Président Alpha Condé est en droit de porter plainte pour diffamation contre les auteurs du publireportage diffamatoire.
Guineenews : A quand votre retour à Conakry ?
BAH Oury : Je serai à Conakry par la grâce de Dieu courant janvier 2016. Ce sera en pleine journée et l’opinion sera informée à temps.
Guineenews : Serez-vous membre du gouvernement de Mamadi Youla ?
BAH Oury : Non ! Je serai beaucoup plus utile à notre pays en m’investissant totalement au sein de l’UFDG pour en faire une force politique plus ouverte, plus moderne, et plus responsable. La réussite de la politique de décrispation et son parachèvement par l’engagement d’un processus de réconciliation durable nécessitent l’existence d’une force d’opposition constructive et crédible et des contre-pouvoirs efficaces. A ce niveau, il s’agit de réinventer une autre manière de faire la politique pour réconcilier la Guinée avec elle-même.
Que nous soyons de l’opposition ou de la mouvance présidentielle, nous devons comprendre que la Guinée est en train de basculer dans un nouveau cycle politique. La Guinée doit réussir la rénovation de ses mœurs politiques. Les résistances sont multiples et viendront des forces conservatrices qui sommeillent dans les deux camps. C’est ainsi que la Guinée a maintes fois raté des occasions historiques pour aller de l’avant. Les hommes et les femmes de progrès et les patriotes ont le devoir impérieux de relever ce défi. J’ai confiance en l’avenir de la Guinée. Bonne et heureuse année 2016.
Interview réalisée par Sarifou Barry en France pour Guineenews  00337 53 93 03 93

 

No Comments

Leave a Comment

Please be polite. We appreciate that.
Your email address will not be published and required fields are marked



− 4 = trois