Bah Oury : « Cellou Dalein n’a pas montré de réelles capacités à fédérer… » (interview)

 

téléchargement (6)

TOULOUSE-Bah Oury vient de s’exprimer sur la crise qui secoue actuellement l’opposition républicaine. Dans cet entretien accordé à notre rédaction, l’ancien exilé politique a également donné son point de vue sur les manifestations de rues projetées par Cellou Dalein Diallo et ses pairs. Lisez ! Exclusif.

Africaguinee.com : L’opposition républicaine se fissure de plus en plus. Nous venons d’assister en son sein à la création d’une nouvelle alliance dénommée « front pour l’alternance démocratique ». Comment observez-vous cette situation

BAH Oury : Cette situation était prévisible, car il s’est avéré que le « chef de file de l’opposition » n’a pas montré de réelles capacités à fédérer ni à ressembler toutes les sensibilités de l’opposition démocratique guinéenne. Il a toujours tendance à tout ramener à sa personne et par conséquent le concept « d’opposition républicaine » ne peut pas continuer comme tel. Dans un premier temps la création du FAD traduit avant tout l’isolement croissant de Cellou Dalein dans l’échiquier politique national. Dans un second temps la fissure au sein de l’opposition républicaine sonne le glas d’une certaine manière de faire la politique en Guinée. Les militants et la population en général sont devenus plus rationnels dans leur expression politique. Ils veulent être convaincus par la pertinence des idées et des projets qui leurs sont proposés. Ils veulent savoir si ces démarches vont contribuer à tirer la Guinée hors de l’eau. Le temps où il suffit de dire « je suis de telle ethnie ou de telle région, alors suivez moi » est révolu. Un nouveau moment politique est en train d’émerger.

Nous assistons à la fin d’un cycle politique né avec l’indépendance qui est caractérisé par l’esprit du parti unique  et dont le culte de la personnalité, l’absence de démocratie, la violence, et la mal-gouvernance sont les corollaires. Les Cellou Dalein et consorts sont les tenants de ce monde qui s’effondre. Ce n’est pas tout à fait fini mais la chute est irrémédiablement amorcée.

La quête d’une nouvelle offre politique est engagée car tout le monde est conscient que le temps du réel changement qualitatif est proche. Le FAD s’inscrit dans cette approche d’épouser le tournant pour ne pas être entrainer dans le sillage du dépérissement politique du « chef de file de l’opposition ».

Question 2 : La même opposition projette une marche le 02 août prochain dans un contexte où plusieurs leaders de l’opposition (plurielle) remettent en cause l’efficacité des manifestations de rues. Quel est votre avis? 

Ceux qui remettent aujourd’hui en cause l’efficacité des manifestations de rues ont totalement raison. En réalité la manifestation de rue n’est qu’un moyen pour atteindre un objectif politique précis. Le vrai problème est autour de l’objectif recherché. Les motivations pour l’organisation de ces manifestations sont troubles. Par exemple la manifestation d’août 2016 n’avait pour but que de permettre au « chef de file de l’opposition » de renouer officiellement avec l’exécutif guinéen car il était dans l’impasse du fait de « la non-reconnaissance de l’élection de M. Alpha Condé ». Cette manifestation lui a permis de négocier les avantages alloués au « chef de file. L’utilisation de l’UFDG comme bouclier et ses militants comme de la chair à canon est comprise désormais par une forte majorité de la population. Les jeunes ont maintenant compris qu’ils ont été pendant longtemps instrumentalisés pour permettre à une petite poignée d’individus de s’enrichir sur le dos des populations. Ils ont maintenant compris.

Ceci dit les autorités politiques en situation de responsabilité doivent être attentives aux complaintes de la population et aux désespoirs longtemps contenus des jeunes. La disparition progressive d’un certain type d’acteurs politiques ne signifie nullement que les raisons de la colère n’existent plus. Les guinéens aspirent à un mieux être et à plus de justice sociale. Mais ils refuseront désormais de foncer têtes baissées pour répondre aux appels de n’importe quelle sirène démagogique. Cette nouvelle réalité amène ceux qui aspirent à peser dans l’avenir du pays à en tenir compte.

Vous comptez prendre part aux élections locales en présentant des listes. Comment comptez-vous vous y prendre quand on sait que vous êtes en bataille judiciaire avec la direction de l’UFDG qui vous a exclu du parti? 

La bataille judiciaire  que la direction de Cellou Dalein a engagée contre moi, finira très bientôt par la grâce de Dieu. Nous nous préparons à participer pleinement  aux élections communales avec ou sans l’UFDG telle qu’elle est configurée actuellement. De ce point de vue nous sommes totalement sereins.

Où en êtes-vous dans la campagne de collecte de fond? 

Nous sommes en train de parfaire notre organisation pour être plus efficace dans la campagne de collecte. Le ramadan a ralenti la campagne de collecte. Le trésorier M. Sacky Camara  engagera plus activement ses équipes dans peu de temps, car nous n’avons pas de temps à gaspiller.

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 08 juillet 2017 à 12:15

No Comments

Leave a Comment

Please be polite. We appreciate that.
Your email address will not be published and required fields are marked



4 × = trente deux