mai 2015 Posts

A PROPOS DE LA RENCONTRE CELLOU DALEIN DIALLO – ALPHA CONDE

LA CANDIDATURE DE DADIS CAMARA EST UNE EPINE AU PIED D’ALPHA CONDE

1256127_3_5c1a_moussa-dadis-camara-le-30-septembre-2009-a_b99ef9820a424d7822b4edba46197634

L’annonce de la candidature de l’ancien président du CNDD, le capitaine Moussa Dadis Camara a l’air de provoquer un mini séisme dans le paysage politique guinéen. De l’avis du vice-président de l’UFDG, Amadou Oury Bah que Guinéenews vient de joindre, cette candidature est, sur un plan juridique, recevable, le capitaine Dadis ayant démissionné de l’armée.

Mais en poussant astucieusement l’analyse au-delà du cadre juridique, Bah Oury trouve, politiquement, dans cette candidature du capitaine Dadis, un moyen de pression qui obligera le président Alpha Condé à clarifier sa position vis-à-vis de ce dernier.

Puisque, révèle le vice-président exilé de l’UFDG, le chef de l’Etat  avait promis aux proches et sympathisants du capitaine Dadis de le faire revenir en Guinée dès son élection aux présidentielles de 2010 et de le traiter comme un ancien chef de l’Etat de la Guinée. Et cinq années plus tard, indique-t-il, la promesse n’a pas été tenue.

‘’Un groupe de femmes de N’zérékoré a manifesté la semaine dernière pour exiger le « retour de leur fils, sinon les élections présidentielles n’auront pas lieu dans leur région’’, a rappelé Bah Oury qui compare ce cocktail à un boulet attaché aux pieds d’Alpha Condé qui, dit-il, vient d’être rattrapé par ses multiples promesses ‘’fallacieuses’’ qu’il n’a jamais eues l’intention d’honorer.

La candidature de Dadis est avant tout une épine dans les pieds du président Alpha Condé soutient le vice-président du principal parti de l’opposition qui souhaite vivement aujourd’hui que justice soit rendue dans toutes affaires de crimes de sang non encore élucidées de 2007 à nos jours. Afin d’apaiser, déclare-t-il, les cœurs et rompre avec ce qu’il appelle, ‘’la longue chaîne d’impunité et de faire entrevoir ensuite des perspectives réelles de réconciliation nationale durable en Guinée.

 

L’invitation d’Alpha CONDE à El hadj Cellou : un coup de communication!

 

alpha conde

Encore une fois, M. Alpha CONDE montre un cynisme effrayant dans sa manière de diriger la Guinée. En invitant le président de l’UFDG à le rencontrer le vendredi matin, il joue une nouvelle fois le cinéma pour « rouler » tout le monde dans la farine. Bousculé par les manifestations pacifiques qu’il n’hésite pas à réprimer dans le sang (5 morts depuis le 14 avril dernier), contesté  tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, et discrédité aux yeux de l’opinion internationale, Alpha CONDE essaye de rebondir en se faisant passer pour un partisan du dialogue.

Or, fallait il faire massacrer des manifestants, nier l’évidence qu’il y a eu des morts qui sont tués  par balles réelles tirées par des éléments des forces de l’ordre pour « inviter le chef de file de l’opposition à un entretien ». Le  communiqué de la présidence est explicite, en invitant El hadj Cellou DIALLO à le rencontrer, Alpha CONDE en profite pour imputer à l’opposition guinéenne la responsabilité de la violence. Ce cynisme montre ainsi toute la duplicité du pouvoir.

Alpha CONDE n’a aucune intention d’engager un dialogue pour aborder des discussions en profondeur pour une sortie de crise. Alpha CONDE n’a jamais dévié de son chemin d’imposer sa dictature en Guinée depuis son arrivée au pouvoir. Il a toujours persévéré dans cette voie. Actuellement il fait encore la même chose. Dans l’opposition, Alpha CONDE a toujours refusé de rencontrer publiquement le Général Lansana CONTE qui jouissait pourtant d’une légitimité plus forte que lui. En 2010, aux heures des plus sombres de la transition, il a refusé de se rendre en Haute-Guinée avec son challenger pour apaiser cette région qui était en ébullition contre la communauté peulhe. Donc il n’a jamais et il ne sera jamais un homme de dialogue, de consensus en quête de réconciliation nationale et de concorde. Pour lui, faire de la politique se résume aux mensonges et aux rapports de force.

L’opposition prend une lourde responsabilité de répondre favorablement à cette invitation qui n’est qu’un coup de communication médiatique. C’est la raison pour laquelle Nantou Chérif est invitée. Ensuite, il faudra s’attendre à d’autres invitations dans les prochains jours pour montrer que son entretien avec El hadj Cellou s’inscrit dans une routine protocolaire sans lendemain pour la résolution de la crise guinéenne. Verra bien qui vivra !