L’AUDIT EN GUINÉE: UNE OPÉRATION POLITICIENNE

BahOuryDakar-622x300
Le vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée s’est prononcé ce vendredi au micro de Guinéenews sur la publication des audits qui accablent un certain nombre de hauts cadres, d’hommes d’affaires et de leaders politiques.  Pour Bah Oury, la publication de ces audits par Alpha Condé est purement et simplement une opération politicienne qui vise à disqualifier politiquement des adversaires politiques comme Cellou Dalein DIALLO et d’autres. Lisez in extenso ses propos !

 
 
« A première vue, la question primordiale concerne les motivations qui ont présidé au lancement de ces audits. S’il s’agissait d’une volonté politique de traquer la mal-gouvernance endémique du pays en faisant la lumière sur la gestion de ces biens publics   et par la suite en s’assurant par des voies judiciaires indépendantes, transparentes , équitables et respectueuses de la présomption d’innocence des personnes et des institutions citées dans ces affaires ,alors ce processus aurait pu convaincre la majorité des guinéens. Mais la réelle motivation est autre. Il s’agit purement et simplement d’une opération politicienne tendant à disqualifier politiquement des adversaires politiques comme Cellou Dalein DIALLO, Cheick Amadou CAMARA et Ahmed Tidiane SOUARE pour ne citer que ceux-là  et « dompter » Mamadou SYLLA pour le rendre docile ou accommodant vis-à-vis du pouvoir en place. De ce fait, la cabale actuelle s’inscrit dans le cadre de la campagne politique pour discréditer les concurrents de M. Alpha CONDE en vue des élections présidentielles futures. Les questions relatives aux cessions des logements administratifs qui visent entre autres Sydia TOURE et Cellou Dalein DIALLO ont aussi les mêmes buts. M. Alpha CONDE est un expert dans le cadre de la manipulation politique. Son expertise en la matière est reconnue internationalement et il s’est employé pendant des décennies à servir de consultant pour divers régimes et groupes d’affaires auxquels il est lié. Noircir et brouiller l’image de l’adversaire auprès de l’opinion est une vieille technique qui a fait recette. Mensonges, mensonges et encore des mensonges, en fin de compte, ces mensonges sont érigés en vérité immuable.
 
· Les audits comme la justice sont instrumentalisés  par Alpha CONDE, comme l’avaient fait ses prédécesseurs. Or les Guinéens en ont marre de sombrer toujours et toujours dans la pauvreté et la misère alors qu’une poignée de personnes s’empiffrent à satiété en pillant les ressources publiques pour leurs comptes propres et ceux des clans auxquels elles appartiennent. A partir de 1999, la Guinée a sombré sans retenue dans une gouvernance économique et politique totalement irresponsable qui a ruiné le pays et plongé toute la société dans un profond marasme. Cette réalité est à l’origine des bouleversements sociaux et politiques qui ont culminé en 2006 et 2007. L’insurrection populaire de 2007 avait pour objectif ultime un profond changement de la gouvernance du pays. Dans la manière dont les citoyens sont administrés et  aussi dans la manière dont les ressources publiques sont gérées afin d’assurer un juste partage et une répartition équitable des  revenus nationaux. Les gouvernants de l’ère CONTE sont collectivement responsables de cette tragédie nationale. Ils ont acclamé le « koudeïsme » où aucune règle, aucune norme, aucune rigueur et aucune moralité  ne sont respectées pour gouverner correctement le pays. Narcotrafic, violences et corruptions généralisées ont ponctué la fin de cette époque. Quelques anciens responsables que M. Alpha CONDE veut jeter en pâtures à la vindicte populaire ne doivent pas masquer les responsabilités de beaucoup d’autres qui s’abritent aujourd’hui derrière lui. En fait, il est impossible d’incriminer qui que ce soi , sans faire le bilan exhaustif de la gouvernance du Général Lansana CONTE.
 
· Enfin il est déconcertant de constater que les dénonciations des dérives de la gouvernance économique d’Alpha CONDE occupent une place marginale dans les activités de l’opposition. Alors que la Guinée n’a jamais été autant pressurée que maintenant. La gouvernance du secteur minier est un scandale internationalement condamnée. Le coulage de centaines de millions de dollars US au détriment du Trésor public est banalisé (700 millions US de Rio-Tinto, 250 millions US de Sablé Mining, plusieurs dizaines de millions de dollars US reçus en catimini de Rusal ,150 millions US d’Angola, 90 millions US d’Abu Dhabi, etc. En plus de cela, il est gracieusement octroyé au chef de l’Etat guinéen  un budget journalier de cent mille euros par jour soit un milliard de GNF quotidiennement. Le corollaire de tout cela est la persistance de la fièvre Ebola, de la méningite, du choléra, de la rougeole et du paludisme qui déciment les Guinéens, car le budget de la santé publique est à peine de 3 % du budget total.
 
· Aujourd’hui, le combat contre la corruption en Guinée passe nécessairement et avant tout contre un combat sans concession contre la gouvernance globale du régime d’Alpha CONDE. C’est un devoir patriotique et citoyen ! »
Propos recueillis par Sarifou Barry depuis la France, 00336 85 87 54 97

Je serai au rendez-vous de Dakar

bahoury

Bah Oury à Guinéenews : « Je serai au rendez-vous de Dakar … »

A quelques jours de sa rencontre avec le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo dans la capitale sénégalaise le 15 juin prochain, Bah Oury, vice-président du même parti a accordé une interview à votre quotidien online. Plusieurs questions ont été abordées dont cette rencontre « cruciale » de Dakar, la démission de Yarie Briqui de l’UFDG, le retrait de l’opposition de l’Assemblée nationale… Lisez !

 

Guinéenews : Bah Oury sera-t-il présent à Dakar le 15 juin prochain ?
BAH Oury : Comme je l’avais déjà déclaré à la commission de médiation, ma décision de répondre favorablement à son invitation est irrévocable. Je serai au rendez-vous par la grâce de Dieu.

Guinéenews : Peut-on dire qu’à l’issue de cette rencontre qu’on pourrait qualifiée de cruciale, la hache de guerre sera définitivement enterrée entre vous et Cellou Dalein Diallo ?

BAH Oury : Je ne suis pas en guerre avec M. Cellou Dalein Diallo. Nous avons eu des divergences politiques sur deux aspects essentiels eu égard à notre appartenance commune à l’UFDG, à savoir sa gouvernance du parti et l’orientation politique qu’il a conduit depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir. Ces contradictions ont peu ou prou étaient exacerbées par un déficit notoire de concertations et de dialogues internes. J’avais toujours appelé de mes vœux, la nécessité de cette rencontre sous l’égide de médiateurs impartiaux et soucieux de préserver les intérêts de l’UFDG et désireux de faire avancer le combat démocratique en Guinée.
Comme l’écrasante majorité des militants de l’UFDG et de tous les démocrates guinéens et de la sous-région ouest-africaine, je souhaite que les assises de Dakar permettent une sortie de crise durable, franche et loyale pour l’UFDG. Je m’emploierai énergiquement dans ce sens.

Guinéenews : Qu’est ce qui a finalement pesé sur la balance pour qu’une telle rencontre ait lieu ? Est-ce le cri de cœur des militants à la base qui a été entendu ?

BAH Oury : Le principe de réalité a amené toutes les parties prenantes de cette crise interne à se résoudre à s’asseoir autour de la table pour dialoguer. C’est une victoire pour les militants de l’UFDG qui n’avaient jamais tari d’insister sur l’impérieuse nécessité d’assurer l’unité et la cohésion de notre institution politique.

Guinéenews : Toujours au sein de l’UFDG, nous avons appris cette semaine de la bouche du gouverneur de la ville de Conakry, la démission de madame Yarie Briqui de votre formation politique. Quelle est votre réaction ?

BAH Oury : Yarie Briqui est une grande dame. Elle a résisté farouchement à toutes les formes d’intimidation de la part des autorités inféodées au régime actuel. Elle a été mise en prison et condamnée en sursis. Elle est persécutée dans son environnement professionnel et familial. Quelque soit sa décision, je la respecte.

Guinéenews : l’opposition a décidé ce lundi de se retirer de l’Assemblée Nationale jusqu’à l’application des accords du 03 juillet 2013. Quel jugement faites-vous de cette décision ?

BAH Oury : Je me réjouis de cette décision de l’opposition, car cette nouvelle situation confirme l’existence d’une crise politique et institutionnelle en Guinée malgré le retour proclamé à l’ordre constitutionnel. Je réitère ma condamnation de principe des accords du 03 juillet car ils ont permis de baliser l’accaparement par le parti-État RPG-arc-en-ciel de tous les leviers institutionnels de la Guinée. Surtout ils ont validé le recensement du corps électoral effectué par Waymark -Sabari-technology en dépit des dizaines de personnes froidement abattues lors des manifestations pacifiques. Les accords du 03 juillet constituent sans conteste à terme, les sources de crise majeure pour la stabilité politique en Guinée. Je suis au regret de constater qu’avec la gouvernance d’Alpha Condé, il est illusoire de penser avoir des avancées politiques notables sans un véritable bras de fer avec son régime.

Guinéenews : Votre point de vue sur l’accord signé entre le gouvernement et son partenaire Rio-Tinto sur l’exploitation du Mont Simandou ?

BAH Oury : Il faut être prudent avec les signatures avec beaucoup de tapages médiatiques. La gouvernance minière dans notre pays est caractérisée par son opacité et cela depuis très longtemps. M. Alpha Condé n’est de ce point de vue qu’un continuateur d’un système qui n’a pas donné des résultats probants pour la collectivité nationale. L’accord transactionnel qui a permis d’engranger prés de 700 millions de dollars en avril 2011 n’a pas permis l’exploitation des blocs 3 et 4 dès 2014. Par conséquent je reste dubitatif. Wait and see !
C’est l’occasion de demander aux autorités actuelles de donner des explications claires et objectives autour du conflit avec BSGR-Valé. Dans le même ordre d’idée d’expliquer pourquoi Sable Mining a droit à des privilèges faramineux en transportant le minerai de fer par le port de Buchanan au Libéria ? Que sont devenus les 250 millions de dollars que cette société a versés. Cette somme est-elle inscrite au niveau des recettes publiques ? Pourquoi M. Alpha Condé est-il silencieux sur la crise de l’usine de Fria ?
Pour toutes ces questions le régime d’Alpha Condé doit rendre des comptes au pays tout en entier, car il s’agit de l’avenir de toute la nation qui est en jeu. Il y a trop de complaisances et de compromissions en Guinée, ce qui justifie que notre pays est parmi les derniers sur tous les plans. C’est injuste, c’est criminel et c’est inacceptable ! Alpha Condé doit rendre compte de sa gestion du pays, dès maintenant !

Guinéenews : Autre fait, les conflits inter-communautaires entre les Roundés et les Foulassos autour des terres se multiplient au Foutah. Qu’en dites-vous ?

BAH Oury : Les contradictions sociales existent au niveau de toutes les communautés nationales de notre pays. Les vicissitudes des époques féodales restent vivaces malgré de profonds changements que nos sociétés ont connus. De ce point de vue, la société foutankée est celle qui a subi plus de mutations internes que les autres. Les relations féodales ont largement été supplantées par des relations monétaires, le pouvoir et le prestige sont du côté des possédants. Le statut social n’est nullement aujourd’hui régi par la naissance. Donc le régime actuel instrumentalise les vestiges des différences qui sont prégnantes dans la société foutankée pour la diviser et l’assujettir à sa domination. C’est la pratique de l’apartheid, diviser, cloisonner, réprimer et affaiblir des populations qui se retrouvent déchirées. Cette instrumentalisation décidée par les stratèges du RPG-arc-en-ciel ne réussira pas au Foutah. Je salue le travail formidable autour de cette problématique d’imminents journalistes comme BAH Mamadou Lamine du Lynx et de Amadou Diouldé Diallo.

Guinéenews : Un mot sur les émeutes de Siguiri …
Les émeutes à Siguiri, me confortent dans ma conviction que l’ethno-stratégie qu’Alpha Condé met en œuvre est en train d’être rejeté par l’ensemble des populations guinéennes. Il est caricatural et faux d’assimiler la gouvernance d’Alpha Condé à celle de toute une ethnie en l’occurrence les malinkés. Les démocrates de toutes les sensibilités politiques doivent se donner la main pour combattre « le piège ethnique » dans lequel le régime actuel plonge la Guinée.

Interview réalisée par Sarifou Barry, téléphone 00336 85 81 54 97

En marge de la conférence de Grenoble

de gauche à droite Bah Oury- Gourreissy Condé-Pierre Gaillard-

CONAKRY- “ Il y a beaucoup de problèmes d’ordre structurel au niveau du parti UFDG !“ Le ton est lancé par le vice-président de la principale formation politique de l’opposition guinéenne, Bah Oury. Dans cette interview exclusive accordée à notre rédaction, l’opposant guinéen qui vit en exil depuis plusieurs années, livre son point de vue sur la crise interne qui mine son parti, mais aussi du prochain congrès prévu au mois d’août prochain. Bah Oury s’est aussi exprimé sur la stratégie de l’opposition pour les prochaines consultations électorales. Exclusif !!!

AFRICAGUINEE.COM: Bonjour M. Bah Oury!

BAH OURY: Bonjour M. Baldé!

Peut-on savoir quel est le niveau d’avancement de la médiation qui avait été entamée dans le cadre de la réconciliation entre vous et Cellou Dalein Diallo ?

Je dois dire que la commission de médiation qui est acceptée par les deux parties est celle qui est à Conakry et présidée par El hadj Chaikou Yaya BARRY. Cette commission m’a récemment rencontré à Dakar. Elle avait indiqué quelle attendait le retour de El hadj Cellou à Conakry pour continuer le processus de médiation. Une projection parle du 15 mai quant à la disponibilité d’El-hadj Cellou Dalein Diallo. Par la suite ils me feront signe pour indiquer quel est l’agenda arrêté pour passer en revue en toute responsabilité  les grands problèmes de dysfonctionnement du parti et aussi de quelle orientation politique dans laquelle il faut engager l’UFDG pour contrer la dictature de M. Alpha Condé et permettre dans une large mesure de remettre la Guinée sur les rails de la démocratie. C’est ce  que je souhaite le plus ardemment aujourd’hui.

Il faut aussi reconnaître qu’il y a de bonnes volontés qui s’esquissent comme les compatriotes résidant en Belgique qui m’ont appelé il y a deux semaines, pour échanger avec moi sur les raisons qui semblent selon eux créer des dysfonctionnements au sein du parti. Nous avons eu un long entretien devant un public très nombreux et je pense qu’ils ont compris le point de vue défendu par l’un et par l’autre. De toutes les façons on aura le résultat de leur délibération.

Qu’est-ce qui motive l’implication de l’ancien ministre sénégalais Djibo Ka dans cette médiation interne à l’UFDG?

C’est vrai qu’il y a aussi sur le plan international, des personnalités qui connaissent bien la situation politique guinéenne qui se sont impliqués. C’est le cas de l’ancien ministre d’Etat sénégalais Djibo Ka qui est l’une des personnalités les plus expérimentées de la classe politique sénégalaise et qui a une bonne connaissance de la sous-région et de tous les acteurs politiques.Je rappelle aussi que  M. Kaa était  ministre des affaires étrangères du Sénégal lorsque M. Alpha Condé s’est réfugié à l’ambassade de son pays à Conakry. C’est par son statut d’alors qu’il a pu sortir M. Alpha Condé de son refuge et le faire évacuer vers Dakar en 1991.

De l’autre côté,  vous avez l’ancien président de l’Assemblée Nationale du mali et ancien président de l’assemblée de la CEDEAO, le doyen Ali Nouhoun DIALLO, qui est un fin connaisseur de la situation politique ouest africaine et condisciple de feu Siradiou Diallo de l’Union pour le progrès et le renouveau (UPR). Il s’était engagé en 2006 dans une médiation pour que le parti de son ami Siradiou, ne vole pas dans une certaine mesure en éclats.Donc connaissant le contexte politique guinéen quand je l’ai rencontré à Bamako, naturellement je lui ai parlé des dysfonctionnements qui minent mon parti, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée.

Ainsi Djibo Kaa et Nouhoun Diallo  ont tous marqué leur accord de principe pour participer, éventuellement à une médiation qui permettrait à l’UFDG d’embrasser les contours de la crise actuelle et faire en sorte que ce parti qui représente un espoir pour tout le peuple guinéen et au delà de l’espoir de la démocratisation durable de la sous région, puisse retrouver le chemin de la cohésion et de l’unité dans l’intérêt de tous.

Vous êtes loin de votre pays la Guinée. Vous vivez en exil en France depuis 2011. Quel regard portez-vous sur le prochain congrès de votre formation politique qui est annoncé pour le mois d’août prochain à Conakry ?

Bon pour le moment ce qui est plus important, c’est la médiation. Dans le cadre de celle ci beaucoup de problèmes seront abordés et je pense qu’il y a beaucoup de problèmes d’ordre structurel au niveau du parti à résoudre avant de parler de congrès au sein de l’UFDG.

Que pensez-vous d’une éventuelle candidature unique de l’opposition ?

Comme je lai dit à M. Sidya Toure (leader de l’Union des forces républicaines , ndlr)) il ya quelques jours et comme je l’ai souvent répété, les accords du 3 juillet 2013 ont plombé le processus de la transparence des élections en guinée.Ceci parce que le fichier établi par l’opérateur  Way Mark est corrompu, déséquilibré, et ne peut pas permettre une consultation électorale équitable et libre en Guinée. Ils ont dans ce fichier fait un gonflement de l’effectif acquis à Alpha Condé et une diminution notable de l’effectif de l’électorat favorable à l’opposition.

Un mauvais fichier ne peut aboutir qu’à de mauvaises élections et par conséquent à une usurpation du chiffrage universel par le pouvoir en place.

Donc de ce point de vue, avec une  candidature unique ou une pluralité de candidats au niveau de l’opposition,  je ne vois pas une possibilité d’alternance par des consultations électorales dans les conditions politiques que nous connaissons actuellement en Guinée.

Votre mot de la fin ?

Je dois dire que lorsqu’on dit qu’une alternance politique n’est pas possible, il y’a d’autres alternatives pour changer la gouvernance. Elles sont plus urgentes et plus actuelles. Nous avons connu une situation similaire en 2007 (avec le soulèvement populaire suite à une grève générale illimitée lancée par les syndicats, Ndlr). Aujourd’hui, la situation est catastrophique pour l’ensemble des guinéens. Il y a les épidémies de rougeole, d’Ebola, de méningite, de choléra, de paludisme, pour ne citer que ces calamités  qui s’abattent sur la population, sans oublier l’insécurité endémique et le manque d’électricité et d’eau. La mal-gouvernance endémique qui ronge et qui mine la société guinéenne toute entière, le narcotrafic qui se développe, qui sont des facteurs de crise et d’explosion. Tout cela constitue des manquement graves qui font qu’après 3 ans d’exercice du pouvoir,  que  M. Alpha Condé n’est pas en mesure de gouverner correctement la guinée dans l’intérêt des guinéens et qu’il constitue  un danger pour la stabilité du pays. C’est pourquoi, comme en 2007, les guinéens doivent se lever pour demander le changement de gouvernance ici et maintenant, avant que ça ne soit trop tard.

Entretien réalisé à Grenoble par Abdoul Ghoudoussy Baldé

Chef de Bureau Africaguinee.com à Genève

Les droits de l’homme en Guinée au centre du débat à Grenoble

 

Les droits de l’homme en Guinée au centre du débat à Grenoble

A l’initiative de Ibrahima Sow et de Ibrahima Baldé membres de la Section Grenobloise de la Ligue Française des Droits de l’Homme, un débat sur les droits de l’homme en Afrique a été organisé à Grenoble le vendredi 16 mai 2014 . M.Pierre Gaillard président local de la Ligue et Mme Crifo Vice-présidente du Conseil Général de l’Isére chargée des droits de l’homme ont représenté les organisations invitantes. Mme Clotilde Ohouochi ancienne ministre de la solidarité et des affaires sociales du dernier gouvernement de Laurent Bagbo de la Côte-d’Ivoire , M.BAH Oury ,membre fondateur de l’OGDH et ancien ministre de la réconciliation nationale et M. Goureissy CONDE ancien ministre de la sécurité et président de l’ONG – African International Crisis ont exposé chacun à son tour sur le sujet en débat.

Devant un public nombreux et attentif , les horreurs faites aux femmes et aux fillettes par les viols perpétrées par une soldatesque d’un autre âge ,l’enlèvement des lycéennes du Nigéria par la secte Boko-Haram , et la longue et tragique liste des violations des droits de l’homme en Guinée ont émus l’auditoire . Chacun des conférenciers a exposé avec conviction et clarté ses idées. Le public très majoritairement guinéen de toutes les sensibilités politiques a apprécié et s’est réjoui de cette initiative de convier ces personnalités à Grenoble. L’un des organisateurs Ibrahima SOW membre du Bureau Fédéral de l’UFDG-France a indiqué que la conférence a permis de rassembler des composantes de la communauté guinéenne qui s’étaient éloignées ces dernières années du fait de l’impact clivant de la gouvernance d’Alpha CONDE.

Historiquement ,Grenoble a toujours été pour les guinéens de France une ville symbole d’unité et d’engagement fort pour la Guinée. Les nouveaux dirigeants de l’UFDG -France sont en train de faire revivre cet héritage. D’autres initiatives similaires sont attendus dans d’autres grandes villes de France pour aller à la rencontre des guinéens de France.

 

BAH Oury à Guineenews: » M.Alpha CONDE est en train de ruiner les intérêts de la Guinée »

BAH Oury à Guineenews: » M.Alpha CONDE est en train de ruiner les intérêts de la Guinée »

« Alpha Condé vient de déposséder BSGR des blocs 1 et 2 avec des conséquences juridiques qui risquent de nous être imputables et qui vont amener la Guinée à s’engager dans des procédures judiciaires qui ne vont pas se terminer de sitôt. »

Suspendu par son parti pour avoir installé une structure parallèle, notamment une fédération en France, le vice-président de l’UFDG Bah Oury état à Bruxelles le weekend dernier sur invitation des sages interpellés par la crise interne qui mine la principale formation de l’opposition politique guinéenne, a appris Guinéenews© de sources proches du parti. À cette occasion, votre quotidien en ligne lui a tendu le micro pour aborder les questions entre autres la situation de la médiation entre lui et son président, sa suspension de son parti, les accords du 3 juillet 2013, les attaques en série dirigées contre Cellou Dalein, Médecins Sans Frontières, Benny Steinmetz de BSGR de la part du président de la République lors de l’assemblée générale du RPG samedi 10 mai, etc. (suite…)