AFFAIRE DES 4 MILLIARDS DE F CFA :UNE OPÉRATION DE BLANCHIMENT

Alors que le doute commençait à se créer depuis le communiqué de la banque centrale sur ce désormais nouveau scandale financier qui embarrasse les autorités guinéennes au plus haut niveau, Guineematin.com a donné la parole à l’homme politique, doublé de banquier confirmé, Bah Oury. Fondateur et premier vice-président du principal parti de l’opposition guinéenne, monsieur Bah Oury est surtout connu comme étant un professionnel de banque. Il démonte ici, en exclusivité, aux lecteurs de Guineematin.com, point par point les arguments des autorités guinéennes. S’inquiétant d’un blanchissement d’argent, pendant que notre pays est déjà considéré comme une plaque tournante de la drogue, l’opposant politique appel les institutions de Breton-Woods à plus de vigilance et aux députés guinéens de convoquer et interroger le gouverneur de la Banque Centrale et le ministre de l’Economie et des finances sur ce nouveau scandale…

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, la réaction de monsieur Bah Oury, premier vice-président de l’UFDG et ancien ministre de la Réconciliation nationale.

« Suite à l’article de senweb.com du 23 août 2014, relatant la découverte d’une cargaison de billets en dollars et en euros équivalent à 4 milliards de Francs CFA ,les autorités guinéennes dont le Porte-parole du Gouvernement et la Direction de la BCRG ont fait des déclarations relatives à ce nouveau scandale financier dans notre pays.

Pour M. Damantang CAMARA , ces fonds servent à alimenter le compte de la Banque Centrale de la République de Guinée domicilié à Dubaï. La BCRG a de son côté indiqué que ces fonds lui appartiennent, tout en laissant entendre que ces mouvements de capitaux sont fréquents en direction de Dubaï par le biais de la compagnie Emirati et une société de  transports de fonds MSS LLC.

La lecture de ces différents communiqués, suscitent quelques interrogations.

D’abord, si ces fonds appartiennent à la BCRG, pourquoi le Gouverneur de cette institution se réfère t-il au Ministre délégué au Budget  comme pour laisser entendre que ce dernier serait l’ordonnateur de l’opération mise en cause ?

En effet, il serait loisible à la Direction de la BCRG de justifier l’opération, si celle-ci était initiée par ses services sans chercher à se référer à qui que ce soit.

Ensuite, il est dit que la société MSS LLC aurait informé les autorités douanières sénégalaises au préalable avant d’engager l’opération. Cette affirmation est contraire aux faits relatés danswww.senweb.com

Enfin, pourquoi la BCRG a t-elle utilisé cette voie pour alimenter son compte domicilié à Dubaï ? Les professionnels de la banque savent que la Banque Centrale n’exporte que des billets mutilés vers les banques centrales qui ont émis ces billets en échange de billets valides. Dans ce cas de figure, la destination serait Francfort pour l’Euro et la Réserve Fédérale à Washington pour le dollar et nullement Dubaï. De même l’approvisionnement des comptes de la BCRG domiciliés chez ses correspondants ne s’effectuent que par des transferts de monnaie scripturale (écriture comptable). L’alimentation du compte de correspondant ne peut nullement se faire en monnaie fiduciaire (billets). La réaction des autorités douanières sénégalaises est donc par conséquent conforme à l’observation des normes internationales de mouvements des capitaux. Ces entorses à l’orthodoxie bancaire accréditent la thèse du caractère douteux de l’opération incriminée. Ceci relève manifestement  d’une opération de blanchiment des capitaux. Que ces fonds appartiennent au Chef de l’Etat guinéen ou pas est secondaire au regard de gravité des faits dont se rend coupable la BCRG. Elle a publiquement endossé la responsabilité d’effectuer pour son propre compte ou pour le compte de tiers, des opérations de blanchiments de capitaux. Cette déduction est consécutive à une simple analyse technique de l’opération.

Dans le contexte où le dernier rapport du Département d’Etat américain a pointé Conakry comme la plaque tournante du narco-trafic dans la région ouest-africaine, il est inquiétant de constater que des opérations de blanchiment se font avec la bénédiction des plus hautes autorités nationales. Devant la gravité de ces faits , le FMI et les Nations Unies devraient être plus regardants sur la gouvernance économique et financière des dirigeants guinéens. L’assemblée nationale quant à elle devrait exiger d’entendre le Gouverneur de la BCRG et le Ministre de l’Economie et des Finances et celui Délégué au Budget pour apporter la lumière sur ce nouveau scandale financier en Guinée. En effet, il est important de savoir quel est le justificatif économique de ces opérations, quelles sont leurs contreparties en biens ou nature. Le fait que M.Alpha Condé soit accusé d’être l’ordonnateur de ces opérations exige que le gouvernement guinéen fasse toute la lumière sur cette sombre affaire. Sa responsabilité est pleinement engagée. »

Entretien accordé à Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Appel au Rassemblement le 16 Août 2014 à Place Porte Dauphine (Paris) à partir de 14H.

 

scénes de vie à Conakry

La situation de la Guinée est de jour en jour plus dramatique.

Depuis  l’avènement de Mr Alpha Condé au pouvoir, la Guinée a davantage connu de problèmes de toutes natures:violations des droits de l’homme et tueries (Zogota ,Galapaye, Nzérékoré et Ratoma), blocages politiques , aggravation de la misère urbaine et rurale, stagnation économique et pertes des emplois,exacerbation des tensions communautaires et répétition des catastrophes et des tragédies.

Le 29 juillet dernier , nous avons assisté à la tragédie de la plage Rogbanet de Conakry qui a coûté la vie à 34 jeunes gens dont plusieurs jeunes filles qui ont été écrasés au cours d’une bousculade dont les causes ne sont pas élucidées. Une tragédie similaire avait eu lieu le 1er janvier 2014 à la plage de Lambandji où périrent également 19 personnes venues assister à un concert de musique.

La négligence coupable et l’irresponsabilité des autorités publiques expliquent l’ampleur de ces tragédies et leur répétition.

Aujourd’hui , la fièvre hémorragique Ebola décime des centaines de personnes en Guinée et elle s’est répandu dans la sous-région. Cette maladie est présente en Guinée depuis décembre 2013 où selon les dépêches 23 victimes « d’une maladie mystérieuse » ont été enregistrées depuis le 9 février 2014 dans les zones de Macenta et Guéckédou. La réaction timorée du gouvernement n’a eu lieu que le 21 mars 2014. Ensuite l’ONG Médecins sans frontières est accusée par M.Alpha CONDE de vouloir dramatiser la situation pour récolter à son profit des fonds. Il crie que cette « maladie est une invention de l’étranger ». L’OMS récemment a décrété « l’urgence de santé publique de portée mondiale » devant la rapide propagation de l’épidémie dans la région ouest-africaine. La Sierra-Léone, le Libéria et le Nigéria ont proclamé l’État d’urgence. En Guinée, le gouvernement déclare que la fiévre Ebola est sous contrôle et que la Guinée est disposée d’envoyer des médecins aux deux autres pays pour les aider. Ce cynisme criminel tente de faire oublier que la Guinée est l’épicentre de la propagation de la fiévre Ebola et qu’elle compte le plus grand nombre de victimes .

Le gouvernement d’Alpha CONDE est responsable devant le monde entier de cette catastrophe sanitaire par son irresponsabilité et son cynisme. La mollesse de sa réaction et son persistance du déni de la réalité est un précédent grave contre la santé de la population guinéenne et du monde.

La Guinée va-t-elle vers l’implosion? Quel bilan en cinq ans de pouvoir de Mr Alpha Condé?

La mauvaise gouvernance fait que les guinéens manquent toujours d’ eau courante et d’électricité. L’insalubrité de la ville de Conakry a atteint un niveau insoutenable. La famine est présente dans le pays et une catastrophe humanitaire plane au dessus de la Guinée.

Nous citoyens guinéens et amis de la Guinée nous devons réagir et crier notre indignation sur le tragique sort que Monsieur Alpha CONDE prépare pour notre pays. Pour les toutes raisons évoquées, nous vous appelons à manifester lors de l’arrivée en France de M.Alpha CONDE pour la commémoration du débarquement de Toulon des soldats d’Afrique lors de la seconde guerre mondiale.

Tous ,ensemble le Samedi 16 Août 2014, au grand rassemblement, à la Place Porte Dauphine(Paris), à partir de 14H, pour exprimer notre indignation et notre colère contre la dictature et l’irresponsabilité criminelle des autorités guinéennes face aux problèmes du pays notamment leur gestion laxiste de la lutte contre la fièvre Ebola.

Nous vous demandons de fouiller au plus profond de votre générosité pour répondre à cet appel solennel qui nous concerne tous. C’est une façon pour nous d’alerter l’opinion internationale sur les risques que la mal-gouvernance d’Alpha CONDE fait peser sur notre pays bien-aimé.

Le collectif « Tous contre Ebola, Tous contre la dictature en Guinée ! »

Organisations signataires : Fédération- UFDG-France

Mouvement Justice BAH Oury- Belgique (MJBO)

Opposition Républicaine Extra-Parlementaire (OREP)

Mouvement Alpha Doit Partir Maintenant (MADP- maintenant)

 

UNE NOUVELLE TRAGEDIE A CONAKRY:SELON CERTAINES SOURCES PRES DE 40 MORTS

 

 

J’ai appris tard la nuit ,la nouvelle tragédie nationale qui a endeuillé la capitale Conakry ce 29 juillet 2014 aux alentours de 20 heures. Une bousculade à la plage de Taouyah lors d’un concert de rap, a créé la panique parmi la foule des jeunes spectateurs. Entre une quarante et cinquante morts dit-on. Comme d’habitude les autorités veulent masquer l’étendue de la tragédie en minimisant le nombre de victimes.

Des accidents ont lieu un peu partout dans le monde , dans les pays développés comme dans dans ceux qui sont moins lotis. En Guinée, toutefois la série des accidents ne constitue pas une fatalité où « le malheur frappe à l’aveuglette ». Les tragédies que nous avons enregistrées à Conakry ces trois dernières années pointent l’irresponsabilité criminelle des autorités publiques.

Il y a moins d’un an ,un drame analogue a eu lieu à la plage de Lambandji . Dans des conditions similaires, prés d’une dizaine de jeunes meurent piétinés à la suite d’une bousculade. Le lendemain, les autorités déclament des discours lénifiants pour indiquer que des mesures seront prises pour éviter des accidents de ce genre . La tragédie de ce soir, indique que la leçon n’a pas été apprise et c’est toujours l’irresponsabilité et l’esprit de lucre qui gouvernent à Conakry.

La trentaine de pêcheurs noyés en 2012 entre les îles Kassa et Conakry et les catastrophes actuelles nous rappellent que « la mort guette partout en Guinée » . Ces tragédies sont dues à la mal-gouvernance chronique du pays. Les dirigeants du pays ont abandonné la population à son triste sort. C’est ainsi que les catastrophes naturelles, les épidémies meurtrières (fièvre Ebola, méningite, rougeole, choléra, paludisme) et les tueries du fait des forces de l’ordre ( répressions des militants de l’opposition, exacerbation et instrumentalisation par le régime d’Alpha CONDE de tensions communautaires et ethniques ) se multiplient et mettent en péril la vie de plusieurs dizaines de milliers de guinéens.

Se taire et feindre d’ignorer les risques qui se profilent à l’horizon est dangereux pour la Guinée entière. Ne rien voir, ne rien entendre et ne rien savoir est un aveuglement criminel de la part des élites guinéennes qui par cynisme ne voient que leurs intérêts égoïstes et cupides .

Le réveil par conséquent sera nécessairement tragique et douloureux.

Aux familles des victimes, à la nation guinéenne toute entière et aux jeunes de Guinée ,recevez mes condoléances et l’expression de ma compassion et de ma solidarité.

 

L’AUDIT EN GUINÉE: UNE OPÉRATION POLITICIENNE

BahOuryDakar-622x300
Le vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée s’est prononcé ce vendredi au micro de Guinéenews sur la publication des audits qui accablent un certain nombre de hauts cadres, d’hommes d’affaires et de leaders politiques.  Pour Bah Oury, la publication de ces audits par Alpha Condé est purement et simplement une opération politicienne qui vise à disqualifier politiquement des adversaires politiques comme Cellou Dalein DIALLO et d’autres. Lisez in extenso ses propos !

 
 
« A première vue, la question primordiale concerne les motivations qui ont présidé au lancement de ces audits. S’il s’agissait d’une volonté politique de traquer la mal-gouvernance endémique du pays en faisant la lumière sur la gestion de ces biens publics   et par la suite en s’assurant par des voies judiciaires indépendantes, transparentes , équitables et respectueuses de la présomption d’innocence des personnes et des institutions citées dans ces affaires ,alors ce processus aurait pu convaincre la majorité des guinéens. Mais la réelle motivation est autre. Il s’agit purement et simplement d’une opération politicienne tendant à disqualifier politiquement des adversaires politiques comme Cellou Dalein DIALLO, Cheick Amadou CAMARA et Ahmed Tidiane SOUARE pour ne citer que ceux-là  et « dompter » Mamadou SYLLA pour le rendre docile ou accommodant vis-à-vis du pouvoir en place. De ce fait, la cabale actuelle s’inscrit dans le cadre de la campagne politique pour discréditer les concurrents de M. Alpha CONDE en vue des élections présidentielles futures. Les questions relatives aux cessions des logements administratifs qui visent entre autres Sydia TOURE et Cellou Dalein DIALLO ont aussi les mêmes buts. M. Alpha CONDE est un expert dans le cadre de la manipulation politique. Son expertise en la matière est reconnue internationalement et il s’est employé pendant des décennies à servir de consultant pour divers régimes et groupes d’affaires auxquels il est lié. Noircir et brouiller l’image de l’adversaire auprès de l’opinion est une vieille technique qui a fait recette. Mensonges, mensonges et encore des mensonges, en fin de compte, ces mensonges sont érigés en vérité immuable.
 
· Les audits comme la justice sont instrumentalisés  par Alpha CONDE, comme l’avaient fait ses prédécesseurs. Or les Guinéens en ont marre de sombrer toujours et toujours dans la pauvreté et la misère alors qu’une poignée de personnes s’empiffrent à satiété en pillant les ressources publiques pour leurs comptes propres et ceux des clans auxquels elles appartiennent. A partir de 1999, la Guinée a sombré sans retenue dans une gouvernance économique et politique totalement irresponsable qui a ruiné le pays et plongé toute la société dans un profond marasme. Cette réalité est à l’origine des bouleversements sociaux et politiques qui ont culminé en 2006 et 2007. L’insurrection populaire de 2007 avait pour objectif ultime un profond changement de la gouvernance du pays. Dans la manière dont les citoyens sont administrés et  aussi dans la manière dont les ressources publiques sont gérées afin d’assurer un juste partage et une répartition équitable des  revenus nationaux. Les gouvernants de l’ère CONTE sont collectivement responsables de cette tragédie nationale. Ils ont acclamé le « koudeïsme » où aucune règle, aucune norme, aucune rigueur et aucune moralité  ne sont respectées pour gouverner correctement le pays. Narcotrafic, violences et corruptions généralisées ont ponctué la fin de cette époque. Quelques anciens responsables que M. Alpha CONDE veut jeter en pâtures à la vindicte populaire ne doivent pas masquer les responsabilités de beaucoup d’autres qui s’abritent aujourd’hui derrière lui. En fait, il est impossible d’incriminer qui que ce soi , sans faire le bilan exhaustif de la gouvernance du Général Lansana CONTE.
 
· Enfin il est déconcertant de constater que les dénonciations des dérives de la gouvernance économique d’Alpha CONDE occupent une place marginale dans les activités de l’opposition. Alors que la Guinée n’a jamais été autant pressurée que maintenant. La gouvernance du secteur minier est un scandale internationalement condamnée. Le coulage de centaines de millions de dollars US au détriment du Trésor public est banalisé (700 millions US de Rio-Tinto, 250 millions US de Sablé Mining, plusieurs dizaines de millions de dollars US reçus en catimini de Rusal ,150 millions US d’Angola, 90 millions US d’Abu Dhabi, etc. En plus de cela, il est gracieusement octroyé au chef de l’Etat guinéen  un budget journalier de cent mille euros par jour soit un milliard de GNF quotidiennement. Le corollaire de tout cela est la persistance de la fièvre Ebola, de la méningite, du choléra, de la rougeole et du paludisme qui déciment les Guinéens, car le budget de la santé publique est à peine de 3 % du budget total.
 
· Aujourd’hui, le combat contre la corruption en Guinée passe nécessairement et avant tout contre un combat sans concession contre la gouvernance globale du régime d’Alpha CONDE. C’est un devoir patriotique et citoyen ! »
Propos recueillis par Sarifou Barry depuis la France, 00336 85 87 54 97

Je serai au rendez-vous de Dakar

bahoury

Bah Oury à Guinéenews : « Je serai au rendez-vous de Dakar … »

A quelques jours de sa rencontre avec le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo dans la capitale sénégalaise le 15 juin prochain, Bah Oury, vice-président du même parti a accordé une interview à votre quotidien online. Plusieurs questions ont été abordées dont cette rencontre « cruciale » de Dakar, la démission de Yarie Briqui de l’UFDG, le retrait de l’opposition de l’Assemblée nationale… Lisez !

 

Guinéenews : Bah Oury sera-t-il présent à Dakar le 15 juin prochain ?
BAH Oury : Comme je l’avais déjà déclaré à la commission de médiation, ma décision de répondre favorablement à son invitation est irrévocable. Je serai au rendez-vous par la grâce de Dieu.

Guinéenews : Peut-on dire qu’à l’issue de cette rencontre qu’on pourrait qualifiée de cruciale, la hache de guerre sera définitivement enterrée entre vous et Cellou Dalein Diallo ?

BAH Oury : Je ne suis pas en guerre avec M. Cellou Dalein Diallo. Nous avons eu des divergences politiques sur deux aspects essentiels eu égard à notre appartenance commune à l’UFDG, à savoir sa gouvernance du parti et l’orientation politique qu’il a conduit depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir. Ces contradictions ont peu ou prou étaient exacerbées par un déficit notoire de concertations et de dialogues internes. J’avais toujours appelé de mes vœux, la nécessité de cette rencontre sous l’égide de médiateurs impartiaux et soucieux de préserver les intérêts de l’UFDG et désireux de faire avancer le combat démocratique en Guinée.
Comme l’écrasante majorité des militants de l’UFDG et de tous les démocrates guinéens et de la sous-région ouest-africaine, je souhaite que les assises de Dakar permettent une sortie de crise durable, franche et loyale pour l’UFDG. Je m’emploierai énergiquement dans ce sens.

Guinéenews : Qu’est ce qui a finalement pesé sur la balance pour qu’une telle rencontre ait lieu ? Est-ce le cri de cœur des militants à la base qui a été entendu ?

BAH Oury : Le principe de réalité a amené toutes les parties prenantes de cette crise interne à se résoudre à s’asseoir autour de la table pour dialoguer. C’est une victoire pour les militants de l’UFDG qui n’avaient jamais tari d’insister sur l’impérieuse nécessité d’assurer l’unité et la cohésion de notre institution politique.

Guinéenews : Toujours au sein de l’UFDG, nous avons appris cette semaine de la bouche du gouverneur de la ville de Conakry, la démission de madame Yarie Briqui de votre formation politique. Quelle est votre réaction ?

BAH Oury : Yarie Briqui est une grande dame. Elle a résisté farouchement à toutes les formes d’intimidation de la part des autorités inféodées au régime actuel. Elle a été mise en prison et condamnée en sursis. Elle est persécutée dans son environnement professionnel et familial. Quelque soit sa décision, je la respecte.

Guinéenews : l’opposition a décidé ce lundi de se retirer de l’Assemblée Nationale jusqu’à l’application des accords du 03 juillet 2013. Quel jugement faites-vous de cette décision ?

BAH Oury : Je me réjouis de cette décision de l’opposition, car cette nouvelle situation confirme l’existence d’une crise politique et institutionnelle en Guinée malgré le retour proclamé à l’ordre constitutionnel. Je réitère ma condamnation de principe des accords du 03 juillet car ils ont permis de baliser l’accaparement par le parti-État RPG-arc-en-ciel de tous les leviers institutionnels de la Guinée. Surtout ils ont validé le recensement du corps électoral effectué par Waymark -Sabari-technology en dépit des dizaines de personnes froidement abattues lors des manifestations pacifiques. Les accords du 03 juillet constituent sans conteste à terme, les sources de crise majeure pour la stabilité politique en Guinée. Je suis au regret de constater qu’avec la gouvernance d’Alpha Condé, il est illusoire de penser avoir des avancées politiques notables sans un véritable bras de fer avec son régime.

Guinéenews : Votre point de vue sur l’accord signé entre le gouvernement et son partenaire Rio-Tinto sur l’exploitation du Mont Simandou ?

BAH Oury : Il faut être prudent avec les signatures avec beaucoup de tapages médiatiques. La gouvernance minière dans notre pays est caractérisée par son opacité et cela depuis très longtemps. M. Alpha Condé n’est de ce point de vue qu’un continuateur d’un système qui n’a pas donné des résultats probants pour la collectivité nationale. L’accord transactionnel qui a permis d’engranger prés de 700 millions de dollars en avril 2011 n’a pas permis l’exploitation des blocs 3 et 4 dès 2014. Par conséquent je reste dubitatif. Wait and see !
C’est l’occasion de demander aux autorités actuelles de donner des explications claires et objectives autour du conflit avec BSGR-Valé. Dans le même ordre d’idée d’expliquer pourquoi Sable Mining a droit à des privilèges faramineux en transportant le minerai de fer par le port de Buchanan au Libéria ? Que sont devenus les 250 millions de dollars que cette société a versés. Cette somme est-elle inscrite au niveau des recettes publiques ? Pourquoi M. Alpha Condé est-il silencieux sur la crise de l’usine de Fria ?
Pour toutes ces questions le régime d’Alpha Condé doit rendre des comptes au pays tout en entier, car il s’agit de l’avenir de toute la nation qui est en jeu. Il y a trop de complaisances et de compromissions en Guinée, ce qui justifie que notre pays est parmi les derniers sur tous les plans. C’est injuste, c’est criminel et c’est inacceptable ! Alpha Condé doit rendre compte de sa gestion du pays, dès maintenant !

Guinéenews : Autre fait, les conflits inter-communautaires entre les Roundés et les Foulassos autour des terres se multiplient au Foutah. Qu’en dites-vous ?

BAH Oury : Les contradictions sociales existent au niveau de toutes les communautés nationales de notre pays. Les vicissitudes des époques féodales restent vivaces malgré de profonds changements que nos sociétés ont connus. De ce point de vue, la société foutankée est celle qui a subi plus de mutations internes que les autres. Les relations féodales ont largement été supplantées par des relations monétaires, le pouvoir et le prestige sont du côté des possédants. Le statut social n’est nullement aujourd’hui régi par la naissance. Donc le régime actuel instrumentalise les vestiges des différences qui sont prégnantes dans la société foutankée pour la diviser et l’assujettir à sa domination. C’est la pratique de l’apartheid, diviser, cloisonner, réprimer et affaiblir des populations qui se retrouvent déchirées. Cette instrumentalisation décidée par les stratèges du RPG-arc-en-ciel ne réussira pas au Foutah. Je salue le travail formidable autour de cette problématique d’imminents journalistes comme BAH Mamadou Lamine du Lynx et de Amadou Diouldé Diallo.

Guinéenews : Un mot sur les émeutes de Siguiri …
Les émeutes à Siguiri, me confortent dans ma conviction que l’ethno-stratégie qu’Alpha Condé met en œuvre est en train d’être rejeté par l’ensemble des populations guinéennes. Il est caricatural et faux d’assimiler la gouvernance d’Alpha Condé à celle de toute une ethnie en l’occurrence les malinkés. Les démocrates de toutes les sensibilités politiques doivent se donner la main pour combattre « le piège ethnique » dans lequel le régime actuel plonge la Guinée.

Interview réalisée par Sarifou Barry, téléphone 00336 85 81 54 97